Back to Top

EAUZE ET L'ARMAGNAC

 

Un groupe de travail: Mairie d’Eauze, BNIA, association des commerçants, OT d’Eauze, association foire aux eaux de vie et à l’Armagnac, professionnels de l’Armagnac

Eauze et l'Armagnac

Animateurs: Frédéric Galopin et Marie Stéphane CAZALS

6 réunions de janvier à novembre 2014

Résultats:

un plan d’actions moyen long terme validé par le groupe, servant de feuille de route pour les années à venir

→ 1ère actions issues de la feuille de route

  • Une offre touristique autour de la dégustation de l’Armagnac

  • Sensibilisation des restaurateurs d’Eauze et mise en place d’une carte Armagnac spécifique proposée à leurs clients

 

Crédits photo: Lionel LIZET

Référent local : Mairie d’Eauze

Animateur local : BNIA

 

Témoignage de Sandra Lemaréchal – Chargée de promotion et de marketing BNIA

Que pensez-vous de la démarche expérimentale proposée par la CCI ? (Le concept, la méthodologie de travail, accompagnement CCI, etc...)Un Village Un Produit est un concept fédérateur et émulatif, qui au-delà des résultats des travaux du groupe de travail permet de reposer complètement la communication autour d'un territoire, les points d'attractivité, les forces et les faiblesses des actions passées, et les apports de chaque structure. L'accompagnement de la CCI a été très bien mené, avec l'audit préalable, l'accompagnement du consultant et des équipes de la CCI, et le bilan. Si cela reste une base de départ pour des travaux sur un plus long terme, pour lesquels chaque village devra trouver sa propre organisation, la démarche a néanmoins permis de poser les premières questions, et de faire en sorte que chacun prenne conscience de la nécessité d'un travail en commun sur les sujets qui nous rassemblent.

Concrètement comment cela s'est déroulé sur EAUZE ? (le groupe de travail, l'animation du groupe, l'implication des acteurs, ....)L'action du groupe de travail sur Eauze a été quelque peu timide sur la durée de l'accompagnement, et nous sentons que pour être pérennisé il devra émerger seul d'une volonté collective d'échange et de collaboration. Tout reste à construire, mais la première pierre a été posée...

En quoi le projet UVUP contribuera au développement économique local autour du couple village-produit ?
Une communication bien menée autour de projets fédérateurs et impactants permet une meilleure visibilité, et donc un pouvoir d'attraction plus fort. L'activité économique locale ne peut que bénéficier de ce surcroît d'attractivité, même si les effets du groupe de travail ne seront réellement visibles qu'à moyen ou long terme.Il faut également prendre en compte les économies d'échelle (ou de mutualisation) qui peuvent naître de cette organisation, permettant de mener d'autres actions ou de développer les actions existantes.

Maintenant, il reste à chacun à s'approprier le concept...

 

Témoignage de Nicole Labarrère – Adjointe au maire de la commune d’Eauze

La proposition de travailler sur le concept "un village, un produit" est apparue comme séduisante, d'autant plus que cela correspondait à l'une des questions plusieurs fois posée, comment valoriser l'image de "EAUZE CAPITALE DE L'ARMAGNAC" ?
On ne peut que regretter la période peu opportune du lancement au cours d'une année de renouvellement électoral ce qui a rendu le début assez hésitant.Les réunions ont permis des échanges intéressants sur l'état des lieux des opérations ou manifestations déjà existantes et des idées de projets ont été proposées. Les atouts et les faiblesses ont été pointés et des pistes d'amélioration évoquées.

Le grand intérêt de l'initiative prise par la CCI a été de créer l'opportunité aux "acteurs" concernés par le sujet, de se rencontrer, ce qui, nous le souhaitons, devrait devenir un habitude.
Des évènements récents, liés à la réflexion interne de certaines structures locales, ne nous permettent pas aujourd'hui d'afficher de manière concrète un programme d'actions cohérent et le logo créé pour l'occasion sera peu utilisé dans l'immédiat.
Nous ne nions pas notre engagement dans l'U.V.U.P mais pendant quelques mois encore notre appartenance à une synergie départementale ne peut-être que superficielle."