Soutenez l'action des Chambre de Commerce et d'Industrie

Date de début
Catégorie d'actualité
Règlementation
Visuel détail
Body

 

En annonçant son intention de raboter la taxe pour frais de chambre (TFC) perçue par le réseau des CCI, de 100 millions par an, sur les 4 prochaines années, le gouvernement ne tient pas parole et met en péril l’avenir économique des territoires et l’appui aux entreprises.

Le réseau des CCI est un des opérateurs les plus fortement sollicités par l’Etat depuis plus de 5 ans pour participer à l’effort de diminution de la dépense publique.

Sur les 5 dernières années, l’état a réduit notre ressource de moitié et largement obéré notre capacité à développer des actions en faveur des entreprises.

Après une nouvelle baisse de 150 millions en 2018, plusieurs ministres s’étaient engagés oralement et par écrit, devant la représentation nationale et les partenaires européens, à garantir la stabilité des ressources des CCI de 2019 à 2022.

Que valent donc ces engagements !

Si elles étaient confirmées, les mesures du gouvernement menaceraient directement 4.000 emplois dans les CCI sur le plan national, venant s’ajouter aux 5.000 suppressions de postes imposées ces 5 dernières années.

La volonté du gouvernement est de pousser le réseau consulaire à s’autofinancer en facturant des prestations aux entreprises.

Il oublie que le tissu économique des territoires ruraux est constitué en majorité de TPE sans salarié qui ne pourront plus faire appel aux services de la CCI par manque de moyens financiers.

Au-delà de la casse sociale, j’alerte donc sur le risque pour le développement économique des zones rurales.

Comment ne pas être en colère quand une décision va tuer l’accompagnement de proximité et contribue à aggraver la fracture territoriale ?

De nombreuses CCI vont déposer le bilan et l’accompagnement des entreprises va disparaître.

Seules les CCI situées dans les territoires les plus riches et les plus dynamiques ont une chance de s’en sortir.

C’est pourquoi je demande aux chefs d’entreprises gersois et à l’ensemble de nos partenaires de se mobiliser aux côtés des élus consulaires pour défendre l’avenir de la CCI du GERS et préserver le développement économique des territoires ruraux.

 

Rémi BRANET

Président de la CCI du GERS

 

 

JE SOUTIENS L'ACTION DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE

 

 

Retour à la liste